L’assurance vie conserve un rendement attractif en 2015

L’assurance vie conserve un rendement attractif en 2015

Pour 2015, la rémunération de l’assurance vie est en baisse. En effet, la moyenne des fonds euros devrait tomber autour de 2,25% pour 2015, contre 2,54% pour 2014. Mais le rendement réel reste attractif pour les assurés.

Une baisse générale de la rémunération

Les annonces de taux, qui se succèdent font ainsi ressortir pour l’essentiel des baisses allant de 15 à 35 points de base, soit une diminution de 0,30% en moyenne. Ce qui devrait amener le taux moyen servi pour 2015 aux alentours de 2,25%, ainsi que l’anticipe le cabinet Facts & Figures, contre 2,54% en 2014.

Peu de fonds euros devraient encore servir plus de 3%. Des opérateurs figurant traditionnellement parmi les plus généreux du secteur sont passés sous cette barre symbolique (2,80% pour la GMF, 2,75% pour la Maif ou 2,85% pour la MACSF sur son contrat phare, par exemple).

Un rendement réel qui reste attractif

Il n’en reste pas moins que «l’inflation ayant encore baissé en 2015 à un niveau très faible, le rendement réel de l’assurance-vie pour nos sociétaires a progressé», souligne Philippe-Michel Labrosse, directeur du pôle finance-épargne de la Macif. Avec une rémunération moyenne attendue autour de 2,25% (soit 1,90% après prélèvements sociaux), l’assurance-vie se comparerait toujours très favorablement aux autres produits d’épargne grand public. « Il est essentiel d’envoyer le bon signal aux assurés en leur rappelant que l’assurance-vie est un instrument de long terme et que nous ne gérons pas leur épargne pour faire un coup une année, puis baisser fortement l’année d’après », insiste Edouard Vieillefond, directeur assurance-vie de Covéa (GMF, MAAF, MMA).

La fixation du taux, un exercice difficile

Pour les assureurs, fixer le bon niveau de rémunération de leurs contrats devient un exercice de plus en plus délicat. Il s’agit à la fois de ne pas être en difficulté par rapport à la concurrence, mais aussi de ne pas afficher non plus un taux qui susciterait des abondements trop importants. Car, chaque centime qui rentre sur le fond euros les oblige à acheter des obligations d’Etat ne rapportant presque rien, ce qui vient rogner encore davantage les rendements futurs. Et ce alors que la garantie en capital offerte par les fonds euros leur coûte cher en termes de capitaux à immobiliser.

Dans un contexte de baisse des taux de rémunération des contrats d’assurance vie, la fixation des taux est un exercice de plus en plus difficile pour les assureurs. Mais malgré tout, avec la baisse de l’inflation, les contrats d’assurance-vie restent rentables pour les assurés.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *