Assurance auto : les objets connectés pour une conduite responsable

Assurance auto : les objets connectés pour une conduite responsable

Les objets connectés et applications mobiles deviennent de plus en plus importants  sur le secteur de l’assurance, et notamment concernant l’assurance auto. Outils de prévention pour connaître son degré d’alcoolémie avant de prendre le volant, mesure de sa qualité de conduite pour récompenser les bons conducteurs… Les outils préventifs se développent.

Les possibilités d’assurances connectés

Selon une étude du cabinet Roland Berger, réalisée en partenariat avec l’Efma, 60% des 35 principaux assureurs européens proposent déjà des solutions « connectées », le plus souvent via des applications à télécharger sur smartphone ou parfois via des capteurs et des boîtiers embarqués dans le véhicule de l’assuré. L’étude distingue trois approches chez les assureurs. La première consiste  à ne pas faire de lien direct entre leur solution connectée et le montant de la prime d’assurance. Il s’agirait plutôt de prévention routière et d’aide à la « bonne » conduite. La deuxième étape est la plus innovante puisqu’elle instaure une modulation tarifaire, positive pour l’assuré. Les bons conducteurs bénéficiant de ristournes. En revanche, pour le moment, aucun de ses assureurs européens ne pratique l’étape « ultime », baptisée « pay how you drive » (vous payez comme vous conduisez) en modulant les tarifs de la prime à la hausse ou à la baisse, selon le comportement du conducteur.

D’après cette étude, le Royaume-Uni et l’Italie sont pionniers sur ce marché de la conduite connectée. La France arrive en 5ème position. Dans notre pays se développent des applications qui permettent de connaître la qualité de sa conduite pour pouvoir l’améliorer par la suite. Ce genre d’applications permet une relation gagnant/gagnant entre l’assuré et l’assureur. Grâce à ces applications, l’assuré peut améliorer sa conduite et faire baisser le risque d’accident, ce qui est avantageux pour l’assureur où le nombre de sinistres pourrait baisser. L’assureur fait installer un boîtier électronique dans la voiture de l’assuré, boîtier qui analyse un certain nombre de paramètres comme le nombre de kilomètres, la fréquence d’utilisation (une fois par semaine ou tous les jours), les périodes d’utilisation (la nuit ou le jour, la semaine ou le week-end), la force appliquée aux freinages et accélérations, enfin la manière de prendre les virages.

Les paramètres de conduite sont ensuite compilés pour attribuer une note à l’utilisateur. S’il est considéré prudent, il peut bénéficier d’une remise de 30 % à 50 % sur la prime annuelle de son contrat d’assurance auto. Encore à ses débuts en France – les premières compagnies à proposer ces formules sont Direct Assurance avec YouDrive et Allianz avec Conduite Connectée – le système permet de suivre sa conduite au moyen d’une application sur smartphone et propose des conseils pour améliorer sa notation. Société Générale Insurance vient de lancer également «Star Drive», une application qui scrute la vitesse des véhicules, la capacité de leurs conducteurs à anticiper leur freinage ou encore les virages les plus délicats.


D’abord crée pour les jeunes conducteurs, qui, on le sait, sont les plus exposés sur la route, l’assurance auto connectée est proposée comme un produit de prévention, comme un assistant à la conduite et à la sécurité. Et cela pourrait porter ses fruits : garnir le portefeuille de l’automobiliste par des récompenses au lieu de le vider par des punitions a des chance d’être plus efficace sur le long terme que la politique du « tout répressif ».

Alors la conduite connectée va-t-elle permettre de diminuer le nombre d’accidents en France ? Réponse dans les prochains mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *