L’agent d’assurance doit aussi être digital

L’agent d’assurance doit aussi être digital

La distribution de produits d’assurance par les agents d’assurance évolue. Mais comment ces agents intègrent le digital dans leur stratégie commerciale ? C’est l’enjeu de ce métier pour aujourd’hui et demain. Actuellement les initiatives des agents d’assurance concernant le numérique sont en phase de développement. Nous remarquons malgré tout certaines initiatives de la part des compagnies pour accompagner leurs réseaux afin d’organiser et publier du contenu sur les réseaux sociaux traditionnels (Facebook, Twitter ou encore LinkedIn). 

Comment les agents doivent intégrer le digital dans leur stratégie commerciale ?

La relation client doit rester essentielle, ainsi que la proximité géographique, l’accompagnement sur le long terme et le devoir de conseil. Il faut donc associer le digital avec ces différents éléments : digital + relation client + proximité + conseil + accompagnement long terme. Certains secteurs se sont déjà positionnés sur ce domaine qui allie toute la puissance du web avec la proximité du commerçant que l’on nomme le « phygital ».

L’agent d’assurance de demain devra être « hybride », il devra digitaliser une partie de son métier afin de transmettre la bonne information, au bon moment et au plus grand nombre. Il devra également être informé et source d’informations auprès de son audience. Audience bien souvent locale mais non moins ultra connectée.

L’étude de l’Observatoire Européen des Intermédiaires d’Assurance, réalisée par CGPA Europe en 2015 qui s’est appuyée sur des entretiens auprès d’intermédiaires d’assurance confirme que la révolution numérique a des conséquences très importantes sur le métier d’agent d’assurance mais que l’expertise de ce dernier reste essentielle. Premier constat, la complexité du produit vendu justifie la confiance du client dans l’intermédiaire en assurance. Aux yeux de l’intermédiaire en assurance, si le client a su se saisir des nouveaux dispositifs de jugement disponibles (comparateur, réseau social, souscription en ligne…), il demeure démuni face à la complexité du contrat d’assurance. Il doit « faire confiance » au courtier ou à l’agent, dont le rôle reste essentiel.

De plus, les professionnels pensent que l’avenir du métier réside dans une ultra professionnalisation qui mettra le conseil au cœur du dispositif, pour les agents. Le numérique est alors perçu à la fois comme une opportunité renouvelée de se concentrer sur le cœur du métier, c’est-à-dire la relation client, mais aussi, comme une accélération technologique et sociale, c’est à dire une multiplication des tâches à effectuer et des interactions dans un temps donné contraint.

Le digital doit donc être pris en compte par les agents d’assurance. Mais de quelle manière ? Il existe deux hypothèses. Soit les marques proposent un certain nombre d’outils à leur réseau d’agents, soit ce sont aux agents de s’équiper eux-mêmes en outils digitaux. En tout cas, les agents d’assurance doivent intégrer cette révolution digitale dans l’évolution de leur métier.

Mais ne nous trompons pas. Le digital ne remplacera pas la relation physique. Il sera un atout complémentaire pour les agents d’assurance. C’est la prise en compte du digital comme nouveau canal de distribution complémentaire qui est essentielle dans la stratégie commerciale des agents d’assurance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *