L’assurance vie en ligne : un marché d’avenir

L’assurance vie en ligne : un marché d’avenir

Traditionnellement, l’assurance vie en ligne ne représentait pas une part importante sur le marché global de l’assurance vie. Mais elle semble avoir un bon potentiel de croissance.

Un marché en expansion

« Ce marché représentait 2,7 % de la collecte totale en 2014, soit 2,9 milliards d’euros. Il peut doubler de taille dans les cinq ans à venir », estime Sonia Fendler, chargée de la clientèle patrimoniale chez Generali France (1,5 milliard d’euros de collecte sur Internet en 2014). Mais comment les assureurs peuvent développer ce marché ?

Pour que les assureurs puissent se développer sur ce marché, il faut qu’ils aillent chercher les clients des banques de détail en insistant sur les avantages des contrats en ligne : outre le rendement des fonds en euros et les moindres frais de gestion, les contrats Internet offrent surtout beaucoup de souplesse en termes de gestion : transactions en ligne, large choix d’unités de compte, plusieurs options de gestion, etc. Un travail pédagogique pour expliquer les particularités des contrats en ligne est nécessaire pour attirer de nouveaux clients.

Qui sont les clients des contrats d’assurance vie en ligne ?

Ce sont des clients différents de ceux qui souscrivent en agence. En général, ils sont plus jeunes que les clients des réseaux physiques : 45 ans en moyenne contre 50 ans explique Sonia Fendler. Ils détiennent bien souvent plusieurs contrats d’assurance-vie en ligne, chez plusieurs distributeurs. Ils ont ainsi tendance à ouvrir un contrat avec 1.000 euros puis à verser des primes bien plus conséquentes après avoir testé le produit. Le niveau d’exigence attendue par l’internaute est bien supérieur à celle des autres clients. En effet, Internet est un canal de distribution délicat d’un point de vue technologique : la facilité d’arbitrage sur Internet permet aux épargnants de réagir rapidement aux évolutions des marchés. Or, en cas de fluctuation sur les marchés financiers, il faut que toutes les procédures soient automatisées pour gérer le flux d’arbitrages. 

Des clients à fort potentiel

L’intérêt pour les assureurs de s’intéresser au marché de l’assurance vie en ligne, est que les épargnants qui font le choix d’Internet seraient particulièrement intéressants. « L’encours moyen est de 40.000 euros, ce qui est élevé, et un tiers d’entre eux reversent régulièrement », indique Sonia Fendler. Ces épargnants seraient aussi enclins à investir davantage que la moyenne en unités de compte (UC). Ce qui tombe bien pour les assureurs, puisque ces produits leur coûtent moins cher en capital et leur rapportent plus que les fonds euros. Chez Generali, la part d’UC dans les encours des contrats Internet atteint ainsi 30 %, tandis qu’elle s’élève à 25 % en moyenne dans les contrats de Suravenir, si on prend les deux leaders du marché.

L’assurance vie en ligne semble être dans l’avenir un potentiel intéressant pour les assureurs. A eux de s’adapter à cette cible spécifique, d’effectuer un travail pédagogique, et d’adapter leur offre aux besoins des souscripteurs d’assurance vie en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *