La domotique développera l’offre en assurance perte d’autonomie

La domotique développera l’offre en assurance perte d’autonomie

La domotique prend de plus en plus d’importance dans notre quotidien. Les Français y sont fortement favorables d’après l’enquête de Promotelec de 2015, 58 % des propriétaires considèrent la maison connectée comme le futur de l’habitat. Les assureurs doivent donc proposer des services liés à la domotique dans leurs différentes offres pour répondre à cette demande, notamment en assurance perte d’autonomie, mais ils sont confrontés à certains freins du marché.

Les assureurs se lancent sur la domotique

L’équipement en domotique des habitations va au-delà du fait d’améliorer le confort. L’objectif de certains systèmes domotiques est de prévenir les risques incendies ou dégâts des eaux, ou alors d’accompagner les personnes en situation de handicap ou en perte d’autonomie. Les synergies entre les offres domotiques et l’univers de l’assurance ont eu pour conséquence l’apparition d’offres d’assurantielles parmi lesquelles la box habitat de BNP PARIBAS Cardif Italie qui intègre surveillance et assistance dans un contrat multirisques habitation. De même, la MAAF à travers son partenariat avec VERISURE propose une offre complète de télésurveillance avec une garantie à vie du matériel de sécurité. Allianz a également offert à ses nouveaux clients des détecteurs de fumée  dans le cadre d’un partenariat avec  l’entreprise NEST. La MACIF a quand à elle lancé sa gamme MACIF Protect, une offre pour pouvoir piloter un dispositif de protection de son habitat à distance.

Mais au-delà de la domotique se développe l’immotique. L’immotique est la domotique au niveau d’un immeuble, bâtiment ou d’un site industriel. La normalisation des différents protocoles techniques utilisés jusqu’à présent devrait contribuer au développement de ce marché qui se distingue des particuliers du fait d’une population d’avantage sensibilisée à la prévention de certains risques et intéressée par les économies qu’elle pourrait en tirer.

La domotique pour développer l’offre d’assurance perte d’autonomie

Une des pistes de développement et d’utilisation de la domotique est l’aide pour les personnes âgées en perte d’autonomie. En effet, pour 55% des propriétaires, elle permet de favoriser l’autonomie des personnes âgées  comme le relève un sondage de l’observatoire Promotelec du confort dans l’habitat. La domotique est une opportunité de croissance de « silver economie » (économie du vieillissement) en proposant des technologies innovantes en soutien de la perte d’autonomie allant d’un simple système d’alerte en cas d’incident à un robot humanoïde.

Avec le vieillissement de la population, le nombre de personnes en perte d’autonomie augmentera dans notre pays. En 2040 d’après l’INSEE on pourrait compter en France entre 1,7 et 2,2 millions de personnes en perte d’autonomie. Si ces personnes qui restent à domicile sont aider par des aidants familiaux ou professionnels, la domotique et ses différents outils pourrait devenir un complément à l’aide humaine. Pour les assureurs c’est un enjeu fort car la différenciation des contrats se fait par le service. Des services domotiques dans les contrats perte d’autonomie, ou prévoyance/assurance vie qui ont une option perte d’autonomie pourraient être un fort facteur de différenciation. Les assureurs ont donc tout intérêt à s’associer via des partenariats ou des participations au capital à des start-ups pour développer ces outils technologiques.

Malgré ce fort marché potentiel, des freins empêchent le développement de la domotique. Le rythme pas suffisamment soutenu du renouvellement du parc immobilier est l’un d’entre eux. Nous pouvons également citer la réticence d’une partie de la population  à « rendre commun » ses habitudes de vie ou de certains professionnels de la santé pour qui le développement de la domotique va diminuer l’intervention humaine. Enfin le tarif des solutions domotiques proposées demeure pour l’instant trop élevé pour une partie de la population, et très peu d’initiatives publiques permettent de les couvrir. L’Etat ces dernières années ,a voulu via la silver économie permettre un développement des solutions domotiques. Mais il reste encore du chemin à parcourir pour démocratiser ces outils technologiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *