Drones : des risques à couvrir mais avec une technologie d’anticipation

Drones : des risques à couvrir mais avec une technologie d’anticipation

Avec le développement des nouvelles technologies sur le secteur de l’assurance, l’utilisation des drones devient de plus en plus fréquente. Qu’est-ce qu’un drone ? Un drone ou UAV (Unmanned Aerial Vehicle) est un aéronef inhabité, piloté à distance, semi-autonome ou autonome, susceptible d'emporter différentes charges utiles le rendant capable d'effectuer des tâches spécifiques pendant une durée de vol pouvant varier en fonction de ses capacités. Mais l’usage des drones entraîne certains risques sur le secteur de l’assurance, comme l’explique le Lloyd’s. Les utilisateurs de drones devront s’assurer de manière efficace contre un certain nombre de risques. Nous allons vous présenter les risques auxquels l’utilisation des drones peuvent exposer, ainsi que le rôle des drones pour les assureurs en anticipation des risques.

Les risques à couvrir

Les cinq principaux risques auxquels exposent l’utilisation des drones sont les suivants :

  • Les pilotes négligents ou imprudents: le « facteur humain » deviendra un élément clé à prendre en considération pour les assureurs. L’élaboration de systèmes de formation et de délivrance de permis deviendra indispensable pour contrôler les capacités des pilotes de drones. Les assureurs peuvent s’attendre à rencontrer des problèmes particuliers quant au risque moral, dans la mesure où les pilotes au sol pourraient avoir le sentiment de ne pas être directement exposés aux risques aériens. Les assureurs pourront demander un plus haut niveau de rétention du risque à moins / jusqu’à ce que les pilotes fassent preuve d’un comportement responsable et sûr.
  • Régimes de réglementation disparates: si la réglementation est en cours de mise au point, elle demeure toutefois incompatible d’un pays à l’autre. Un cadre réglementaire rigoureux devrait se révéler crucial afin de proposer des prestations d’assurance pour les activités de drones. Des normes internationales harmonisées et une définition précise de la responsabilité civile compteront probablement parmi les facteurs décisifs de l’efficacité de tout régime de réglementation.
  • Mise en application insuffisante: le secteur connait une évolution rapide et irrégulière si marquée que les régulateurs ne peuvent garantir une surveillance rigoureuse sans soutien technologique. Les technologies de localisation et de surveillance pourraient, dans un premier temps, aussi aider les pilotes à ne pas enfreindre la Loi, notamment en favorisant le développement de la technologie de « géoblocage » afin de s’assurer que les drones ne circulent pas dans des espaces aériens contrôlés.
  • Vulnérabilité aux cyber-attaques: les drones pourraient être vulnérables aux cyber-attaques, certains rapports suggérant qu’une communauté prospère de « pirates de drones » existe déjà. Les mesures de sécurité informatique deviendront certainement plus importantes pour l’évaluation des risques des assureurs d’activités commerciales de drones.
  • Atteinte à la vie privée: il s’agit probablement de la préoccupation sur les drones la plus invoquée par le grand public. L’assurance responsabilité professionnelle pourra couvrir le coût des dommages intérêts à verser au titre de toute violation de la vie privée contre des pilotes de drones. Les principales exigences d’assurance devraient inclure l’achèvement des évaluations des facteurs relatifs à la vie privée et la conformité aux lois et règlements applicables.

Les drones utilisés pour anticiper les risques

D’ici 2020, on estime que le marché des drones représentera 127 milliards de dollars dont 6,8 dans le secteur de l’assurance, selon le cabinet de conseil PwC. En effet, les drones pourraient permettre aux assureurs d’anticiper les risques grâce à leur prise de hauteur et à la vue d’ensemble qu’ils offrent. Pour gérer les sinistres et évaluer les dommages, par exemple en matière d’assurance habitation, les drones pourraient ainsi très vite devenir indispensables. D’autant plus que dans les années à venir, une meilleure anticipation des risques réels à couvrir sera l’une des clés pour adapter au mieux les contrats des assurés. De la même manière, en proposant une meilleure vue et une analyse plus complète des sinistres, les drones pourraient permettre une indemnisation plus rapide des assurés.

Les drones deviennent donc à la fois une problématique mais aussi une solution pour les assureurs. Ces derniers doivent à la fois couvrir les utilisateurs sur des nouveaux risques, mais ils peuvent également se servir de cette technologie pour anticiper les risques et adopter les contrats d’assurance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *