L’assurance cybercriminalité : une nécessité pour les professionnels

L’assurance cybercriminalité : une nécessité pour les professionnels

Face au développement des nouvelles technologies, de nouveaux risques apparaissent pour les entreprises comme la cybercriminalité. En quoi consiste ce risque ? Comment se protéger ? Que proposent les assureurs ? Voici quelques questions auxquelles nous allons répondre.

Le risque de cybercriminalité

Il existe deux types d’attaques avec ce risque :

  • Le piratage ou sabotage des données contenues dans les réseaux et les systèmes informatiques ;
  • L’utilisation des NTIC (Nouvelles technologies de l’information et de la communication) pour escroquer ou effectuer d’autres infractions classiques.

Ce type d’attaques peut représenter des risques lourds. Perte d’intégrité des systèmes d’informationintrusion dans des équipements, etc. Autant de problèmes qui auront non seulement pour impact une baisse de chiffre d’affaires, mais aussi une perte de confiance des tiers, sans parler de la divulgation de données à caractère personnel ou sensible qui peut faire l’objet de procédures juridiques. Une vigilance doit être instaurée pour se prémunir de ses différents risques.

La cybercriminalité un risque en expansion

Les petites et moyennes entreprises croient souvent qu’elles ne sont que peu concernées par ce phénomène, à tort. En effet, elles n’en sont pas à l’abri : avec la numérisation des archives et des données telles que les habitudes de consommation, les risques de cyber-crime ont tendance à s’aggraver. Quand on sait que la France se situe au rang de 3ème pays le plus ciblé par les attaques cybercriminelles (derrière le Canada et les Etats-Unis), l’idée de couvrir les risques qu’elles représentent pour son entreprise devient un enjeu important.

Récemment, une étude du cabinet Juniper Research a démontré que la cybercriminalité devrait coûter un total de 2 100 milliards de dollars aux entreprises de la planète d’ici 2019.

Les assureurs doivent adapter leurs offres à ces nouveaux risques

Pour protéger les professionnels des cyber-attaques, chaque compagnie d’assurance ne met pas en place la même couverture. Certaines iront allier garanties et procédures de prévention : il existe des services permettant d’améliorer la cyber-sécurité avec des audits et diagnostic des systèmes de protection présents dans l’entreprise ainsi que des formations des employés concernés, ou encore la mise à disposition d’experts dans le domaine, dans une logique d’appréhension puis de compréhension de cette typologie de risques. D’autres, interviendront en amont ainsi qu’en aval de cette typologie ou encore dans l’indemnisation des frais liés à la perte de données pour une entreprise.

Mais actuellement, les offres et la couverture du risque de cybercriminalité sont encore peu développés sur le marché français. Moins de 5% des entreprises françaises possèdent une cyber-assurance en 2015. C’est ce que révèle l’étude de PwC «Le marché de la cyber-assurance: la Révolution commence maintenant» qui analyse les résultats d’une enquête réalisée en collaboration avec l’Ifop en septembre 2015. Si les grandes entreprises, particulièrement dans le secteur de l’industrie, ont bien pris conscience des cyber-risques qu’elles encourent, les TPE-PME sous-évaluent encore leur exposition à ces nouveaux risques.

Dans ce contexte, PwC prône des solutions d’assurances issues d’un partenariat entre un assureur et un spécialiste de la cyber-sécurité. « Elles proposent deux volets : un contrat dassurance qui couvre les dommages subis suite à une cyber-attaque et un accompagnement en ingénierie sur mesure pour aider les entreprises à se protéger contre les cyber-risques. » Un fonctionnement qui améliorerait la « cyber-hygiène » des entreprises, encouragée notamment par la Commission européenne à travers une directive en cours d’élaboration.

Face à ce nouveau risque, toutes les entreprises doivent se protéger y compris les TPE-PME. Si cette assurance n’est évidemment pas obligatoire pour les entreprises, elle paraît indispensable vu l’émergence de ce risque. Les assureurs ont donc accès à un marché à fort potentiel de croissance vu le faible taux d’équipement en cyber-assurances, à eux de proposer des offres adéquates en partenariat avec des experts de ce secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *